Les rapports que publient chaque mois la NASA et l’Organisation Météorologique Mondiale sur la moyenne des températures globales sont toujours une douche froide dont nous avons bien besoin. Le dernier paru met en garde; le mois de juin 2016 est le 14ième mois consécutif à battre un record de chaleur. L’année 2016 sera certainement plus chaude que 2015, qui avait elle-même battu 2014. Pour le premier semestre de 2016, la température moyenne a été de 1,3° au-dessus de la moyenne de l’ère pré-industrielle. Les records tombent les uns après les autres comme des dominos. C’est toujours une piqûre de rappel aux 200 gouvernements qui ont promis de limiter la hausse de température à 2 degrés par rapport à l’ère pré-industrielle. 

Le Canada : cancre en matière d’écologie
Quand on est le 5ième producteur de pétrole mondial, lorsqu’on possède la 3ième plus grande réserve de sable bitumineux au monde et que le secteur pétrolier représente 20% du PIB national, il est compliqué de respecter ses engagements environnementaux. De fait, le Canada fait partie des 10 plus gros pollueurs de la planète et avait, jusqu’à l’élection de Justin Trudeau, la réputation de ne pas se soucier du réchauffement climatique. En cause, une décennie de politique pro-énergies fossiles sous le règne de Stephen Harper et le retrait du pays du protocole de Kyoto en 2012. Désormais, le nouveau Premier ministre, Justin Trudeau et son équipe ont la tâche ardue de redorer le blason du pays à la feuille d’érable. Cela rime avec l’exploitation ou non des énormes ressources de pétrole de la province d’Alberta.

Oilsands Refinery
Oilsands Refinery

Fort McMurray : cadeau empoisonné
Le plus grand gisement du pays se situe à Fort McMurray, dans le nord-est de l’Alberta. L’exploitation des sables bitumineux ont fait la prospérité de la région au point qu’on la surnommait « Fort McMoney » tellement sa croissance paraissait sans limite. Avec près d’un quart de l’économie du pays liée à l’industrie du pétrole, la bonne santé de l’Alberta signifie la bonne santé du Canada.

Par contre, le revers de la médaille c’est que l’exploitation des sables bitumineux est un désastre environnemental incontestable. Elle est à l’origine du déboisement de la forêt boréale sur laquelle fut installée les mines d’or noir. Or, pour une matière première qui émet 3 à 4,5 fois plus de gaz à effet de serre que le pétrole conventionnel, la forêt est primordiale pour convertir le CO2 rejeté dans l’atmosphère en oxygène. Aussi, d’énormes quantités d’eau sont pompées des nappes phréatiques et des rivières pour le traitement de la matière brut. À Fort McMurray, les incendies dévastateurs de mai dernier ont ravivé le débat brûlant sur l’impact de cette exploitation. Plusieurs acteurs écologiques ont fait le lien entre la hausse de CO2 dans l’atmosphère et ces incendies qui ont mis un frein à toute l’industrie. Si pour le Canada, les sables bitumineux sont une mine d’or noir à ciel ouvert, pour les Canadiens, c’est surtout un joli cadeau empoisonné. (Libération, 2015)

SE638-sable-bitumineux-GP026O2-1000px

Quel avenir pour le brut couleur érable ?
Depuis la chute vertigineuse des cours du pétrole qui a commencé en mi-2014, tous les voyants sont au rouge en Alberta. En effet, le prix du baril a dégringolé de $110 à moins de $35 en fin 2015, avant de se ressaisir à plus ou moins $43 actuellement. Or, le pétrole à base de sables bitumeux est extrêmement complexe à produire et est donc très coûteux. Son seuil de rentabilité par baril est situé entre $55 et $85, ce qui le rend très peu profitable en ces temps troubles. Cette chute a donc privé le gouvernement de revenus importants et a mis au jour une très forte dépendance de l’économie canadienne à son industrie du pétrole. Le gouvernement libéral est d’ailleurs très attendu à ce sujet.

Néanmoins, les économistes tablent sur une reprise éventuelle, à moyen et à long terme, du marché du pétrole. Ils prévoient une hausse de 40% de la production d’ici 2025 pour 3,4 millions de barils par jour contre 2,4 millions avant les incendies de mai. Petit hic, cette hausse impose la construction de nouveaux oléoducs pour pouvoir exporter la matière première. Voilà un sujet controversé une fois encore tant les écologistes et autres défenseurs de l’environnement crient au désastre. Sur les 3 grands projets d’oléoducs, seul le Keystone XL (qui part de l’Alberta jusqu’au golfe du Mexique) est officiellement soutenu par le Premier ministre Justin Trudeau.

TransCanada's Keystone pipeline facilities are seen in Hardisty, Alta., on Friday, Nov. 6, 2015. Lee Hayes and his coworker Dave Stuart have a blunt assessment of U.S. President Barack Obama's rejection of the Keystone XL pipeline: "It sucks." The two 50-something men make their living maintaining equipment in the tiny, quiet town of Hardisty, Alta., where oilsands crude was to have begun its journey along Keystone XL. THE CANADIAN PRESS/Jeff McIntosh
TransCanada’s Keystone pipeline facilities are seen in Hardisty, Alta., on Friday, Nov. 6, 2015. Lee Hayes and his coworker Dave Stuart have a blunt assessment of U.S. President Barack Obama’s rejection of the Keystone XL pipeline: “It sucks.” The two 50-something men make their living maintaining equipment in the tiny, quiet town of Hardisty, Alta., where oilsands crude was to have begun its journey along Keystone XL. THE CANADIAN PRESS/Jeff McIntosh

Cela laisse entendre que le Canada a désormais une politique plus mitigée sur ce sujet sulfureux, mais qu’il n’est pas encore à l’ordre du jour de se détourner de tout cet or noir. Le pays s’est donné comme objectif de réduire de 30% ses émissions de gaz à effet de serre par rapport aux niveaux de 2005 d’ici 2030. Ce n’est pas assez bien, déplore le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Quand bien même si ce n’est pas assez, le gouvernement fédéral n’est pas encore parvenu à un accord avec les dix provinces et les trois territoires du pays pour adopter une politique commune afin d’atteindre cet objectif. Les plus pessimistes diront : Bonne chance ! ». Le saint Graal des deux degrés en plus par rapport à l’ère pré-industrielle semble donc encore loin d’être à portée de main.

Références:

Agence Science Presse. (2016, Juillet). Climat : les records s’accumulent trop vite. Retrieved from Science Presse: http://www.sciencepresse.qc.ca/actualite/2016/07/25/climat-records-saccumulent-vite

France24. (2015). Canada : l’élection de Justin Trudeau, une bénédiction pour la COP21 ? Retrieved from France24: http://www.france24.com/fr/20151021-justin-trudeau-premier-ministre-canadien-climat-cop21-ecologie-sables-bitumineux

Le Devoir. (2016, Juin 28). Sables bitumineux: hausse de 40 % de la production d’ici 2025. Retrieved from Le Devoir: http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/474336/sables-bitumineux-hausse-de-40-de-la-production-d-ici-2025

Le Monde. (2015). En Alberta, l’or noir de la discorde. Retrieved from Le Monde Énergies: http://www.lemonde.fr/energies/article/2015/02/19/en-alberta-l-oir-noir-de-la-discorde_4579499_1653054.html

Libération. (2015). Sables bitumineux: l’Alberta va-t-il se rebiffer ? Retrieved from Libération: http://www.liberation.fr/terre/2015/05/06/sables-bitumineux-l-alberta-va-t-il-se-rebiffer_1291933

National Oceanic and Atmospheric Administration. (2016, Juillet). June marks 14 consecutive months of record heat for the globe. Retrieved from National Oceanic and Atmospheric Administration: http://www.noaa.gov/june-marks-14-consecutive-months-record-heat-globe

Novethic. (2016, Mai). FORT MCMURRAY : VERS LA FIN DES SABLES BITUMINEUX CANADIENS ? Retrieved from Novethic: http://www.novethic.fr/lapres-petrole/energies-fossiles/isr-rse/fort-mcmurray-vers-la-fin-des-sables-bitumineux-canadiens-143912.html

Radio-Canada. (2015). 2015 : le pétrole coupable des maux de l’économie canadienne. Retrieved from Ici Radio-Canada: http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/economie/2015/12/23/001-2015-bilan-annee-economie-canadienne.shtml

Radio-Canada. (2015). Les promesses de Justin Trudeau en matière d’environnement. Retrieved from Ici Radio-Canada: http://ici.radio-canada.ca/sujet/elections-canada-2015/2015/10/20/053-elections-justin-trudeau-promesses-environnement-changements-climatiques-paris.shtml

Radio-Canada. (2016, Mai). L’effet économique du sinistre de Fort McMurray. Retrieved from Ici Radio-Canada: http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2016/05/06/003-mcmurray-petrole-feux-incendie-recession-emplois-pib.shtml

TV5 Monde. (2016, Avril). Canada : le virage politique de Justin Trudeau. Retrieved from TV5 Monde: http://information.tv5monde.com/info/canada-virage-politique-avec-justin-trudeau-et-son-equipe-998