En 2010, Brandon Stanton a mis en place une idée révolutionnaire. Il prit sa caméra et commença à prendre des photos des citoyens de New York afin de créer un catalogue exhaustif de la ville. C’est une idée farfelue qui s’est transformée en blogue renommé intitulé Humans of New York. Les photos, exceptionnellement belles, documentent l’énorme diversité de gens de toutes nationalités, tous âges et de toutes situations économiques. Bref, le photographe montre un public de tous les horizons. De plus, chaque photo est accompagnée d’une description qui relate un moment de la vie du sujet. Ce n’est pas rare pour un sujet de raconter l’histoire de sa femme décédée ou de son parcours universitaire. Humans of New York est scandaleusement honnête et puissant. Il n’y a aucun doute que la vulnérabilité est la force de la page Facebook. La distance est insignifiante pour les fanatiques du blogue qui ressentent une empathie, même une amitié, envers le photographe et ses sujets.

Humans of New York
Humans of New York

“I’m trying to keep him away from all the negativity so that he has a fighting chance. There are so many cracks to fall through. But I already got his older brother to college.”

Jusqu’à présent, Humans of New York compte 5 000 portraits, c’est-à-dire 5 000 New Yorkais font partie du recensement photographique de Stanton. La page Facebook reçoit 8 millions de visiteurs et continue à s’étendre par bouche-à-oreille. Ce n’est donc pas une surprise que la collection de photos a été publiée pour devenir l’un des meilleurs livres selon New York Times. Brandon Stanton a publié un deuxième livre exclusivement pour ses photos d’enfants, mais plus précisément une catégorie de portrait qu’il appelle Little Humans.  Par contre, son coup de génie n’a pas fini là, il décide de publier un troisième livre nommé Humans of New York: Stories. Il a promis que celui  serait une montagne russe psychologique dans le cosmos de New York. Il sera disponible dès le 13 octobre 2015.

Si vous suivez ce projet de très près, vous avez pu remarquer que le site ne s’appelle plus Humans of New York, mais plutôt Humans of Iran. Effectivement, Brandon Stanton se retrouve en Iran pour prendre en photos la vie du peuple et du pays. Remarquablement, les sujets sont habillés différemment néanmoins le type d’anecdotes qui se retrouvent sous les photos n’ont pas changé. Les histoires de conjoints décédés ou de réussites scolaires existent toujours, mais elles parviennent d’hommes de peau bronzés et des femmes portant le hijab.  Les défis quotidiens sont présents, tout comme elles le sont dans les anecdotes prises à New York, sauf qu’elles reflètent davantage la réalité iranienne.  Quel coup d’œil formidable à une culture dont certains médias en Amérique du Nord négligent d’aborder.

humans of Iran
Humans of Iran (Anzali,Iran)

“I tried to warn her about her last boyfriend, but she didn’t want to listen. Once I overheard him telling her that she needed to respect him. I knew that was bad news. Then he left his home because he got in an argument with his family. I told her: ‘If he’ll do that to his family, he’ll do it to you too.’ But she didn’t listen. She stopped talking to me for a long time. Then sure enough, he took off and left her. She came back and thanked me. Go on, tell them. Mother was right.” 

Tout comme un caillou qui saute sur de l’eau calme, Humans of New York a produit des vagues et inspiré d’autres centres métropolitains à créer leurs propres recensements photographiques tels que Humans of Paris, Humans of Singapore, Humans of Amsterdam, Humans of India, Humans of Rome, Humans of Karachi et notablement Humans of Ottawa. Ce blogue partage le même type de photos de hautes qualités avec une jolie histoire personnelle de nos voisins, de nos enseignants et de nos caissiers ou de nos bouchers. Au cœur du blogue se trouveune affection entre personnes, amis ou étrangers qui transforment la vulnérabilité des sujets en unité.  Une unité qui lie tous les humains de la terre.

Humans of Ottawa
Humans of Ottawa

“What’s your favourite thing to eat?” “Caribou… I haven’t had that in a while”

Crédit d’image: wersm