Est-ce que cela vous intéresse de vivre dans un monde où toutes les formes de pauvreté sont éliminées? Voulez-vous vivre dans un monde où tous à le droit à une éducation? Dans un monde où tous ont accès à l’eau salubre? J’espère que vous avez donné une affirmation positive, car les Nations Unies ont une solution miraculeuse. Une solution pour nous permettre d’atteindre cette réalité utopienne si souhaitable. Je vous présente les Objectifs Mondiaux du Développement Durable.

En ce temps d’élections fédérales, les Canadiens se tournent vers les chefs des partis politiques pour lutter et pour défendre leur système de valeurs. La présence goliathique des débats politiques au cœur des médias canadiens a éclipsé le déclenchement des Objectifs Mondiaux du Développement Durable (ODD). Le 25 septembre 2015, 193 dirigeants mondiaux se sont rassemblés au siège social des Nations Unies à New York pour adopter les ODD. Ce plan ambitieux à réaliser d’ici l’an 2030 a trois buts principaux : mettre fin à l’extrême pauvreté, lutter contre les inégalités et les injustices puis régler le problème du changement climatique. Ensuite, ces objectifs sont sous-divisés en 17 objectifs tels donnés aux individus les moyens pour vivre une vie saine, parvenir à l’égalité des sexes et garantir l’accès aux énergies fiables et renouvelables.

C’est avec une tape dans le dos, c’est-à-dire un concert gratuit que les Nations Unies ont célébré ce jalon en développement international. La communauté hollywoodienne annonce aussi leur appui des ODD, dans le cadre de la vidéo promotionnelle « We the People » for The Global Goals. Cependant, l’énergie effervescente de la vidéo, de la campagne et des paroles réconfortantes des vedettes empêchent la pensée critique. En pleine saison électorale, les ODD devraient être en premier plan du débat électoral parce que ce projet transcende la politique canadienne. Peu importe qui se trouve à gauche ou à droite dans la Chambre des Communes, cette vision utopienne ne sera possible que si tous les États de la terre coordonnent leurs politiques et financent ensemble ce projet proposé par les Nations Unies.

Laissons maintenant la parole à l’esprit critique.

D’une part, les ODD ne proposent pas de solutions révolutionnaires au développement international. Les objectifs du Millénaire pour le Développement conçu par les Nations Unies en 2000 étaient de nature similaire aux ODD. Par contre, ce plan là était en huit objectifs. Quinze ans plus tard, une nouvelle génération prend la relève. Or, elle est mal équipée pour affronter les nouvelles demandes. Les objectifs du Millénaire ont à peine été étudiés avant le lancement des ODD. L’absence d’autoévaluation est une lacune des ODD parce qu’ils proposent des idées plus ambitieuses et plus nombreuses. Par contre, elles ne répondent pas au « pourquoi » ni au « comment » les objectifs du Millénaire furent en grande partie un échec. Outre, chaque objectif a ses propres politiques, ses budgets et ses coopérations internationales à gérer, à mettre en exécution et ensuite à porter fruits dans un délai de 15 ans. Il est vrai que les Nations Unis ont de bonnes intentions sauf qu’un seul objectif sera quasi impossible à réaliser encore moins.

Cela étant dit, la communauté de développement internationale n’est pas inspirée de confiance par les Nations Unies ni par Daniel Craig ni Bill Gates ni Cate Blanchet ou Stephen Hawking, car ils proclament la bonne nouvelle des ODD dans la vidéo promotionnelle. L’accent est mis sur le partage et la propagation des ODD pour chacun des 7 milliards habitants de la planète. Les Nations Unies utilisent les réseaux sociaux à leur avantage. Justement, c’est un exemple parfait du rapetissement de la planète par la mondialisation. C’est certain que la campagne promotionnelle deviendra un phénomène viral si l’on tient compte de la popularité du « Ice Bucket Challenge » de l’été 2014. Est-ce que cette stratégie de marketing réussira à créer des changements durables? En théorie, le plus connu est les ODD. Le plus de pressions qu’exerceront les nations envers leurs chefs d’État sera pertinent. De cette manière, ils seront obligés à agir sur la scène internationale et rendre des comptes à leurs citoyens. Or, en pratique, est-ce qu’un « Global Goals Selfie » va vraiment mettre fin à la pauvreté extrême? Est-ce qu’une vidéo virale « Dizzy Goal » va vraiment réduire les inégalités auprès des femmes? La réponse me semble évidente. L’absence d’étapes concrètes pour réaliser les ODD est une insuffisance du projet qui doit être adressée et résolue afin que la campagne promotionnelle hollywoodienne produise l’effet boule-de-neige désiré. En d’autres mots, une amélioration massive de la qualité de vie des personnes dans le besoin.

D’autre part, cédons la parole à l’optimiste.

Le potentiel de créer une vague d’altruisme et une réforme des pratiques de développement est quand même inspirant. N’ayez pas peur d’avoir un esprit critique. C’est en posant des questions que les réponses pavent le chemin du progrès. Pour atteindre les ODD, il faut éclaircir comment chacun des 17 objectifs seront réalisés. Comment seront-ils financés et quelles sont les étapes à suivre d’ici l’an 2030? Il ne suffit pas de partager les ODD sur Facebook ou Twitter ou Instagram. Il faut véritablement tenir les objectifs à cœur afin de lutter pour eux. Faites un don, faites du bénévolat, donnez de votre temps à une recherche, signez une pétition, votez aux élections – un mouvement global est imminent. Cette campagne ne sera efficace que si les 7 milliards humains s’unissent pour réaliser l’objectif ultime de paix, de prospérité et de communion avec l’environnement. Espérons qu’il y aura de la collaboration internationale pour réaliser le rêve des Objectifs Mondiaux du Développement Durable.