En juin dernier,je suis sortie du Centre national des Arts où se tenait ma collation des grades, mon diplôme en ma possession. Mes quatre dernières années d’études se résumaient à une feuille 8 1/2 par 11 que je tenais fièrement entre mes mains. Entourée de ma famille et de mes amis, je ne pourrais jamais oublier cette journée puisque j’étais enfin une diplômée.

Cela fait à peine deux mois que j’ai gradué que je me demande déjà comment je pourrais me servir de manière concrète des connaissances que j’ai acquises au cours des quatre années. Je me suis lancée en lettres françaises parce que j’avais une passion pour la lecture, mais surtout pour l’écriture. Est-ce que je veux devenir écrivaine? Non pas tout fait. Est-ce que je planifie enseigner un jour? Non, pas vraiment. La vie après l’obtention du diplôme se présente bien mystérieuse.

Je découvre une facette de ma relation avec la littérature qui m’était inconnue auparavant à chaque fois que je lis une oeuvre. Notre relation avec la littérature peut nous être très personnelle. Elle peut êtreaussi universelle, d’où vient la difficulté de la définir.

Étudier en littérature m’a fait vivre un parcours très particulier. J’ai souvent eu l’impression de ne jamais être très bien comprise dans mon choix d’études. Le monde des lettres étant extrêmement vaste et par moment étourdissant, il est difficile d’expliquer aux autres ce que j’ai appris en quatre années. Je pourrais vous dire que j’ai étudier les différents courants littéraires, les nouvelles règles de grammaires et les différents procédés d’écriture, mais je ne pourrais jamais englober en une phrase ou deux toutes mes acquisitions. Contrairement à certains programmes universitaires, je ne suis pas ressortie de mon parcours universitaire avec un titre. Je ne suis pas Orphane, médecin ni Orphane, sociologue. La littérature ne m’a pas donné un titre précis. Par contre, elle m’a plutôt ouvert la porte vers un monde sur lequel plus j’en apprends, plus je réalise que je n’y connais pas grand chose. C’est cet éternel sentiment de questionnement  qui me plaît dans l’univers littéraire.

Se questionner et perpétuellement redéfinir ce que c’est la littérature…Voici ce que représente la vie d’une diplômée en lettres françaises.