Surfing au Costa Rica

Imaginez-vous sur une plage au coucher du soleil, un cocktail froid à la main avec des nachos et du guacamole frais à manger. Dans l’obscurité des vagues, vous voyez un surfeur sauter au-delà des vagues…L’animateur de la compétition de surf annonce aux spectateurs que le surfeur costa ricain a réussi une rotation complète de sa planche de surf. À mesure que le soleil se couche sur l’océan Pacifique, les jeunes athlètes affrontent la marée haute de mère nature. Ils rament contre ces vagues impardonnables pour l’honneur de gagner le championnat régional de Surf, à Playa Hermosa, au Costa Rica.

En fin août, j’ai eu la chance de visiter ma grand-mère dans sa maison de retraite au Costa Rica. Elle habite à peine quelques minutes de la ville touristique de Jaco. Aux pieds des montagnes immenses se retrouve la communauté charmante de la plage Jaco. Ici, les planches à surf sont aussi nombreuses que les cartes postales. Jaco est reconnu pour ses plages accueillantes, les restaurants traditionnels et les hôtels tout compris. Ce bijou touristique du Costa Rica est parfaitement situé pour découvrir une panoplie de phénomènes écologiques extraordinaire, à la fois dans l’Océan et à la fois au sein des forêts tropicales. Une douzaine d’aventures sont affichés sur les murs dans les rues : croisières, tournées en cheval, visiter la faune exotique, faire du zip-lining, escalader une série de chutes d’eau, et apprendre à faire du surf. C’est ce dernier défi aquatique à laquelle je consacre le suivant. Ma soeur et moi avions appris à faire du surf et ensuite à admirer les professionnels du sports aux championats régionales.

Avant de se lancer dans les vagues, Andreas, notre enseignant de surf, nous a appris les principes de base du surf. D’abord, il faut savoir comment se balancer sur la planche, comment sauter et arriver sur ses pieds et comment tomber sans se blesser. Cette leçon rudimentaire nous a (un tout petit peu) préparer à faire face aux vagues du Pacifique. Pas surprenant, le premier essai aboutit à un bouleversement magnifique! Ouache! Le sel gratte aux yeux et laisse un goût salé dans la bouche, mais il ne faut pas lâcher. Quelques culbutes spectaculaires suivent. Une demi-heure plus tard, je réussis à sauter sur place et me balancer sur ma planche.

Une fois confortable sur la planche de surf, je me permet de lever la tête. À gauche, la vague avance petit à petit jusqu’à son point culminant. Une cascade de mousse blanche s’écrase sur ma planche et je tombe à l’eau. Je recommence. Cette fois-ci, mon souffle est coupé par le scintillement du soleil qui illumine, comme une auréole écologique, la forêt et les montagnes. À chaque reprise, j’étais ébloui par la beauté incroyable du paysage costa ricane. J’avoue que j’étais, sans doute, plus émerveillé par la majesté naturelle du pays que par ma propre performance athlétique.

Les surfeurs professionnels maîtrisent la mer avec aise et élégance. À l’eau, les athlètes aquatiques  donnent l’impression de commander les vagues à leurs grés. Or, ne croyez pas fautivement que faire le surf est facile. Bien sûr que non! Les surfeurs qui ont picoté l’horizon océanique du samedi soir ont pratiqué le sport depuis leurs jeuneusses! Quel talent!  Manipulez son corps pour se tenir debout sur une force terrestre aussi puissante que l’océan…c’est remarquable.

La culture du surf est synonyme avec Jaco. Un esprit de jeunesse et de laissez-faire imprègne le village. En tant qu’activité touristique, le surf est idéal pour ceux doués en athlétisme qui veulent simultanément être actifs et admirer le paysage. Pour l’instant, je redonne à contrecoeur la planche à surf emprunté, jusqu’à la prochaine fois que l’Océan Pacifique me baisera les pieds.